Germaine, ma cousine, est une personne généreuse et délicieuse. De plus, je crois qu'elle m'aime vraiment. Je suis la soeur qu'elle n'a jamais eue si tu savais ce que je pue... non, je m'égare.

numérisation0007

 

Nées toutes deux, la même année, dans une famille rikiki peu encline à se reproduire, nous n'avons jamais connu les déconnades en bande entre cousins-cousines, les effets de troupeaux rigolards, les chiffonades de groins, les bagarres pour de rire, le chahut, le chambard, le souk joyeux.

Nous étions si seules, enfants, chacune dans notre coin. Elle faisait de la gym, de la danse, de la musique. Je lisais, je lisais, je lisais. Chaque fois que nos parents condescendaient à se rencontrer (ils ne s'aimaient guère), c'était une fête pour nous deux. On se racontait tout, on se déguisait, on s'émerveillait de notre connivence et de notre amour partagé, malgré nos différences.

Elle est sérieuse, douce, d'une gentillesse absolue. Je suis follingue, extravertie, agressive - mais avec elle, jamais.

Nous nous voyons de temps en temps, seules, nos espousés étant totalement incompatibles.

Le Jardin du Luxembourg 093

 

Ce midi, nous avons déjeuné dans un troquet du jardin du Luxembourg, au soleil, sous les branches de chênes vénérables. Elle a pris une salade César avec un verre de Sancerre, moi une assiette de frites avec un demi. Je ne suis pas une fille très distinguée. 

On a parlé, refait l'histoire depuis notre dernière entrevue. Je la sens triste. Elle n'aime plus du tout son compagnon, mais se contente de la situation. C'est mieux que rien, dit-elle. Je n'en suis pas certaine. Elle a mis une croix définitive, dit-elle, sur toute sensualité, elle grapille les petits plaisirs de la vie où elle les trouve. Du moment que les enfants vont bien, dit-elle...

Ce déjeuner en était un, de plaisir. Tandis que nous sirotions nos cafés, le kiosque roccoco s'est peuplé de types en uniforme et les cuivres ont éclaté, la musique a jailli.

2-717-G10784

 

Chair de poule, larmes. Les fanfares me sont toujours fatales, décidément... et il faut que j'aide Germaine.