Je suis de la génération "bénie" des baby boomers.

On est nés après la guerre (donc on n'a pas connu la guerre), on a grandi pendant les 30 glorieuses, le futur semblait prometteur, on pouvait baiser à la cool avec la piloche - jusque dans les années 80 où le sida a pointé son vilain nez, les filles portaient des mini-jupes à ras le bonbon sans être agressées par des religieux intégristes vomitristes, la musique c'était les Beatles...

 

twiggy_6

 

Je suis née avec une cuiller en plastique dans la bouche. J'ai déjà raconté ma petite enfance à Gennevilliers, dans un HLM face aux usines Chausson - camions et véhicules utilitaires.

 

115743565

 

Je n'ai pas raconté la première fois où, au début des années 60, la télévision est entrée dans notre petit studio.

C'était un gros machin avec un tout petit écran, en noir et blanc, bien sûr. Je crois que mes parents et moi nous sommes agglomérés devant ce truc comme des Cromagnons devant le premier feu de camp (sans "Mikaël est de retour" à l'harmonica, merci les scouts, revenez un autre jour !).

Je me rappelle parfaitement du premier programme que j'ai vu sur la boite à images. Pas du nom du film, mais de l'histoire.

 

TV-en-noir-et-blanc1

 

Un Saint Bernard devait retrouver un alpiniste perdu dans la montagne. Il portait un collier cum tonnelet de rhum, parcourait la poudreuse comme une narine de Beigbeder, se donnait un mal de chien (ben en même temps, hein, c'était un chien), et finissait par trouver l'agonisant surgelé... et là, merdalor, le résidu de Picard, tourneboulé par sa condition de Mister Freeze, le prenait pour un loup et utilisait ses dernières forces pour le poignarder allègrement.

Stupeur à Gennevilliers !

De nos jours, une cellule de crise psychologique serait mise en place immédiatement pour tenter d'atténuer le choc porté par les images insoutenables de ce canicide sur l'esprit faible de la petite fille innocente que j'étais alors. Pas dans les années 60 !

La cicatrice est toujours là, au fond de mon petit coeur ! Et chaque fois que je bois un Cuba Libre, ou un Planteur, j'ai une pensée émue pour Saint Bernard.

 

273_chien_de_race_saint_bernard_montagne__066052800_1136_06022014