Aujourd'hui, je suis allée au cinoche avec Anne V.

D'habitude j'y vais avec Haïku, ma copine de poche, mais elle m'a fait faux bond. Soit disant devait-elle voir Jean-Claude, un ami de Miki qui était dans le même studio que Josy quand elle était aux Beaux Arts.

Je connais Haïku depuis des années, je n'ai jamais compris ses histoires de famille et d'amitiés.

Il arrive encore qu'elle me dise : "Tu sais pas ce qui est arrivé à Philippe, tu sais, l'ex de Lison, qui a fait son coming out avec Bob, l'américain, qu'il a rencontré à Rouen ?".

Ensevelie sous des tombereaux de noms, de références, de lieux ; perdue dans un foisonnement d'informations que je semble devoir avoir ingérées et digérées depuis longtemps, je fais profil bas. Soit elle a un univers très touffu aux ramifications infinies, soit alzheimer a commencé à me mettre le grappin dessus.

Brèfle Haïku me trompant honteusement avec Jean-Claude - parce que hein, y'a baleine sous gravier sur ce coup là - je sollicite mon amie antique Anne V, retrouvée récemment, pour aller voir le dernier opus des frangins la Couenne : Ave César.

J'aime bien les La Couenne. Foutraques comme Tarantino, des neurones en plus, l'ultra violence gratuite en moins.

Nous sommes là dans la veine rigolarde et pasticharde des frangins. Pas un chef d'oeuvre, pas une éclate absolue, mais un véritable plaisir de cinéma.

Les années 50 à Hollywood, des stars plus crétines les unes que les autres.

C'est la première fois que j'aime Squelette Johanson, en Esther Williams qui a le feu au tanga et un polichinelle dans le tiroir.

Hail-Caesar-(2016)-poster

George Clooney charge un peu la barque du bellâtre sur le retour, niais et testostéroné au pure malt. Mais c'est jouissif.

george-clooney-gets-kidnapped

Channing Tatum danse comme Gene Kelly, et je ne spoile pas la fin... ahahah !

img5

Le film revisite tous les genres de l'époque : le western, le musical, la comédie romantique chic (Raph Fiennes en réal british au bord de la crise de nerfs... ahahah again !), la féérie aquatique, le peplum, et la menace communiste... ahahahaha !

Quand je pense à la lourdeur de "The Artist", au scénar multi-repompé, qui m'a plongée dans une léthargie lémurienne, je me dis que mieux vaut rire avec les Couenne que dormir au Jardin.

Hail, Caesar!

player" width="480" height="270">

Ensuite, nous sommes allées à la Consigne avec Anne V, un bar de Montparnasse configuré comme un wagon de chemin de fer, avec des petites tables cosy comme dans les vieux compartiments, une étagère en fer au dessus pour mettre son manteau.

 

la-consigne

 

Elle a pris un thé, moi une Leffe, mais je crois qu'on va renouer cette amitié quand même !

Les Choeurs de l'Armée Rouge - Les Yeux Noirs (The Dark Eyes)