Il me faut tout de même enterrer dignement ce blog, et expliquer un peu l'histoire.
J'ai ouvert "Prise de Chou" début 2008.

Je sortais d'une relation épistolaire intense et quotidienne qui s'est interrompue brusquement.
Je me suis retrouvée avec un chagrin et trop de mots... ça débordait de partout, et personne à l'époque avec qui partager ce flot.

"T'as qu'à ouvrir un blog !", m'a dit ma fille.

J'étais si niaise que j'ignorais à l'époque ce qu'était un blog. Je pensais à des pétasses qui comparent des rouges à lèvres et des crèmes anti-capiton. J'ai vu plus tard qu'un blog, c'est souvent des pétasses qui comparent des rouges à lèvres et des crèmes anti-capiton, mais pas que.

Je me suis inscrite sur Skyblog. J'insiste sur mon innocence, voire ma connerie à l'époque. Navigant alentours, je me suis vite rendue compte que ce pays n'était pas mon pays mais l'enfer du boutonneux masturbatoire qui écoute du rap pourri en tirant d'une main sur un oinj et de l'autre sur sa nouille. Adios, Skyblog.

Je me suis dit "T'es une gonzesse, va voir chez Marie-Claire !". J'ai tenu une semaine dans un bain de recettes de cuisine, de crèmes anti-capiton (encore elles), de victimes manucurées qui se cassent un ongle en griffant le visage du goujat qui a deviné leur âge du premier coup. Adios Marie-Claire.

J'ai un peu réfléchi avec mes 3 neurones, et décidé unilatéralement de prendre un site généraliste.

Le généraliste, c'est le bien, comme le médecin. Ca te traite le bouton d'acné comme la ménopause, le capiton mesquin comme le flan de courgettes à l'ancienne, la constipation comme le bleu à l'âme, l'extrême droite comme l'extrême onction.

Overblog, le nom de l'hébergeur. J'y ai balancé mes mots de trop, ça soulageait et faisait oublier le manque. J'ai navigué, rencontré des personnes touchantes, très différentes de moi, mais (ou donc) très touchantes. Au fil du temps, certaines ont disparu, mais j'ai encore le souvenir d'une certaine Lilith très à la masse, d'une infirmière de La Rochelle amoureuse d'un marin qui avait dans sa salle à manger le trophée d'un sanglier coiffé d'un chapeau gitan, d'une Peste virulente et hilarante, d'une très jeune femme "Zeste de Citron" - douce et rieuse. Ca c'était les débuts.
Une sorte de petite coterie, je n'irais pas jusqu'à communauté, s'était créée. Puis elle s'est délitée, laissant place à une autre.

Rédactrice quotidienne dans cette nouvelle "pelure d'oignon" : Maman Célib. Une jeune femme divorcée avec enfant, cherchant bien évidemment un nouvel amour et un nouveau départ. Intelligente, cultivée, et très ordonnée. Ses posts étaient toujours structurés de la même façon - mais j'ai bien peur de ne plus me souvenir de son style. Un jour, houpette tétine nuit, elle pond un article sur le fait que l'amitié entre un homme et une femme est chose impossible. Commente un garçon, pseudonymé Macaron qui dit que nenni, une fois la question sexuelle réglée. Comme j'abonde totalement dans le sens du Macaron en question, je suis le lien et arrive sur le blog d'icelui.

Et BING PAF ! Moi qui ne cherchais rien en ces lieux que de déverser des tombereaux de prose, je tombe sur le mec plus ultra. Le plus beau du monde dans sa catégorie. Et pas con, et sensible, et qui fait des vannes très mauvaises mais très drôles, à l'évidence un cavaleur de première, mais qu'est-ce que j'en ai à faire ? Nous commençons un dialogue, ou plus exactement un forum. Il y a d'autres participants et le net frétille de bons mots, de confidences, de photos... c'est l'époque de Blanche, de Philémon, de Micdevil, de Catounouche, de Charles Hédiard, pas encore celle de Solange, de Corine, d'Hélène et de Personne, mais presque.

Un soir d'octobre 2008, le breton monte à la capitale et nous dînons ensemble chez Papa, rue Froidevaux, Paris 14ème avec une petite troupe de blogueurs, et... ce n'est pas le coup de foudre, mais...

Ennuyée par mon train-train et décidée à foutre un grand coup de pied dans la fourmillière endormie de mon quotidien, je m'invite à l'anniversaire du garçon un mois plus tard.

Bref, avec PRISE DE CHOU, j'ai rencontré l'homme du reste de ma vie.

C'était pas le but, mais c'est un joli résultat.

J'oublie des gens, j'oublie des évènements, j'oublie... mais ce fut une jolie aventure.

Je n'ai plus de mots en trop à déverser. J'ai encore à dire et à écrire, par bouffées (oui, délirantes, oui...). Je le ferai ailleurs et je tenterai de faire savoir à ceux que ça intéresse où cela se passe.

Je vous embrasse tous et toutes. Prenez soin de vous !

Danielle

 

58435_438244038286_471889_n