Ils m'ont collé dans une piaule au fond, tout au bout du couloir.

Bande d'enfoirés !

Vu le temps que j'ai passé à l'ombre, ils auraient pu me trouver une turne un peu plus choucarde, avec vue sur la mer.

Je demandais pas la terrasse, hein, mais un petit balcon m'aurait suffi, histoire de boire mon kawa dans un transat, les doigts de pieds en éventail, le matin, au soleil...

Le soir j'aurais invité deux trois potos à taper le carton et prendre l'apéro. On se serait raconté des blagues à la con sur les gonzesses et les poulagas, des souvenirs de casses et d'entourloupes, on se serait bien marrés en regardant le coucher de soleil sur la baie.

Ben non. Je me tape ce putain de couloir plusieurs fois par jour. Merde, j'ai l'impression de vivre dans ce couloir !

Marie-Agnès vient même plus me voir ! Un prénom de sainte et une âme de pute.

C'est pas comme si on m'avait pas prévenu. « Ange, tu fais une connerie, la môme elle en veut qu'à ton fric, elle a quand même 30 balais de moins que toi, c'est pas pour ton gros bide et tes poils dans le dos qu'elle te fait du rentre-dedans ! ». Sur le moment, ça m'avait vexé.

Mais je suis pas le dernier des glands quand même, alors oui, je l'ai épousée, comme j'aurais acheté une bagnole de luxe. Comme on se paye un brin de printemps.

Dédé le Chiftir m'a dit « Un brin de printemps ? Au prix qu'elle te coûte t'aurais pu te payer aussi les Galeries Lafayette ! ».

Quel connard ce Chiftir ! C'est mon meilleur pote.

Bon, c'est pas trop tôt, j'arrive au bout du couloir... enfin !

Tiens, ils ont laissé la lumière allumée dans ma chambre.

 

Var Matin – 3 juin 2004

Ange Simoni, 76 ans, figure bien connue de la pègre locale, s'est éteint ce matin à 10h30 dans sa chambre de l'Hôpital Notre Dame. Il y était soigné suite à un AVC qui l'avait plongé dans un coma dont il ne s'est pas réveillé.

78939602_o