Il faut traverser l'avenue à moitié, et planté au mitan, regarder vers le haut, puis vers le bas. C'est grandiose, la perspective est somptueuse.

De retour sur le trottoir, les choses se dégradent. Une succession de magasins lambda, des McDonald's, H&M, Zara... rien de particulièrement parisien, on pourrait être à Londres, à Amsterdam ou à Madrid. Modialisation = uniformisation.

La foule est cosmopolite et nombreuse, on dirait que chaque membre d'une communauté prend soin de se caricaturer.

Les anglais en vacances ont la peau blanche sous leurs épaisses pattes rousses, leurs épouses sont vieux jeu, elle ont l'air trop sages et malingres*... mais je m'égare, mon Parnasse ! Des roumaines mendient, agenouillées sur le sol et psalmodient des suppliques. Les russes parlent fort et bousculent. Les japonais en groupes mitraillent à tout va. Les femmes voilées sont légion, elles sont chargées de multiples sacs de shopping, ou un garde du corps les porte pour elles. 

Et moi, tout aussi caricaturale, je râle comme une Lady Camembert typique...

Bienvenue sur les Champs Elysées, plus belle avenue du monde, banlieue du Qatar. Plein de fric et pas d'âme.

Vue-panoramique-sur-les-Champs-Elysees-depuis-le-toit-de-l_Arc-de-Triomphe

http://www.youtube.com/watch?v=33wrEHompJM